L’agenda ironique… même pas en rêve ? – « Nom d’un poil ! »

Lien direct vers l’opus de février 2019 :

Après beaucoup de péripéties (mais lesquelles ?) on me propose de rêver le rêve absolu.
Comment en est-on arrivé là ?
Eugène Ionesco – Journal en miettes
Au pied de la lettre, imaginez ces péripéties chargées d’un puissant magnétisme onirique, rêves de réalités de plus en plus intenses.
Rêver pour de vrai, jusqu’au rêve absolu.
Seule une « petite » contrainte : votre texte devra se terminer par cette phrase de Groucho Marx :
« Le meilleur moyen d’éviter la chute des cheveux, c’est de faire un pas de côté. »

LOGO-ÉCRITURBULENTE

https://ecriturbulente.com/2019/02/22/lagenda-ironique-meme-pas-en-reve/

1 9FSCAlNo0nDS6jZLueqewQ

Bon, j’avons d’jà en songes transformé Karl Marx en pompier (kéketemps déjà l’affaire) – sapeur du rouge ha ha, sur le divan du Sigmund … on va pas se la refaire. En plein trip ionescon faut du neuf! Façon absolu. Juste se concentrer.

Hop, auto hypnose (à pas confond’ avec dodo au volant!) : Vous dormez (si si vous dormez, du sommeil de l’impératrice!), laisse toi r’flinguer la bouriche-à-grise-matière sur cette valse de Strauss Pèréfils … te v’là à Vienne, au grand bal bourge des nazillons en goguette. Ouais. Et tu danses – un deux trois, un deux trois – et ça tourne, volez cotillons, sonnez trompettes en tromp’l’oeil grillez cacahuètes c’est géant …

Un deux trois, un deux trois ça t’emmène loin, ça t’emballe vite et la belle dans tes bras t’sais même pas qui kel’est tu l’as chopée au passage des zakouskis tu vois pas son visage, du nez tu vois que la dentelle de son soutif’ t’oses pas l’ver la caboche t’as envie d’éternuer ça chatouille au balcon du bal con et tu rêves tu rêves qu’elle t’enlève, qu’elle t’élève jusqu’à sous sa moustache l’est tellement poilue que ça lui r’tombe sur les eyes jusqu’aux feet c’est plus fête c’est nightmare sur le Danub’ qui vire aux vers qu’elle a dans l’pif tu voudrais bien chanter tu peux pas tu souhaiterais t’enfuir t’es poisson dans son filet d’favoris et la musak est à l’hameçon rien que des bémols d’anicroches et d’acrostiches postiches on est r’lourder au tango portugais – putain d’équerre équestre et ça penche ça penche et le penchant j’aime pas ça fait tomber du lit  j’vais chialer ouin ouin j’bascule en enfance la nourrice qui s’épilait pas c’était horripoilant elle me prend pour le marsu – suis pas ton l’ami pi t’es qu’une marsouine qui phoque sous les aisselles … help help help … j’veux pas la téloche pitié pitié ça va être tout plein du Tati, du vélociraptor au Congo, des brothers Grouchi groucha – tronches de grominets et gomina, le glas infini d’leurs pitreries loup-phoque d’amères loques et qui … qui disaient … qui disaient … nom d’un pou de cercueil … qui disaient … nom d’un poil qui d…

« Le meilleur moyen d’éviter la chute des cheveux c’est de faire un pas de côté ».

14 comments

  1. J’me suis poilée tout du long ! Heureusement, j’ai mon rasoir trois lames et ma mousse à raser les aisselles, équipement parfait pour se poiler sans conséquences esthétiquement assimilables au Yéti cité plus haut.
    Que de jeux de mots cher l’Ornitho, et pas les moindres.
    La chute du texte a su sauver les derniers poils du cercueil.
    Bravo pour cette belle subversivité Grouchienne. Et pour rebondir sur la dernière partie du mot, comment va Cordélia, ta reine des neiges ?

Répondre à L'Ornitho Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s